Le télétravail, progrès à saluer ou régression dangereuse?

7

FIGAROVOX/ANALYSE – La généralisation massive du travail à distance, certes plus flexible et plus écologique, risquerait cependant d’atomiser les salariés en les isolant les uns des autres.

(Photo d’illustration.)
(Photo d’illustration.) 138831061/LIGHTFIELD STUDIOS – stock.adobe.com

Le confinement généralisé a contraint la plupart des salariés à adopter le télétravail. Ils y étaient pourtant majoritairement défavorables avant le déclenchement de l’épidémie. Si beaucoup ont rapidement changé d’avis, leur enthousiasme s’est toutefois érodé à mesure que le confinement a duré. Ceux qui pestaient hier contre la proximité intrusive de leurs collègues ou la multiplication des réunions interminables en viennent désormais à regretter la sympathie des premiers et la convivialité des secondes. Sans doute, dans les open spaces familiaux, l’intrusion de nouveaux «collègues» en bas âge explique-t-elle cette nostalgie soudaine: la presse s’est fait l’écho de nombreux témoignages de parents débordés par la situation, à tel point que le premier ministre a fait du retour à l’école des jeunes enfants l’une des priorités de l’après-11 mai.

Les voix ne manquent pas néanmoins pour appeler à une généralisation massive du télétravail. Plus flexible, plus «agile» même, pour reprendre un terme

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

 

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

annulable à tout moment

Source: Le Figaro