Jean-Louis Thiériot: «L’Europe doit revoir ses dogmes fondateurs»

5

INTERVIEW – Selon le député LR de Seine-et-Marne, avocat et essayiste*, l’Allemagne, opposée à la mutualisation de la dette avec les «coronabonds», paiera pour l’UE, mais à ses conditions.

Jean-Louis Thiériot, député LR de Seine-et-Marne.
Jean-Louis Thiériot, député LR de Seine-et-Marne. PHILIPPE LOPEZ/AFP

LE FIGARO. – La crise sanitaire a-t-elle sonné le glas du couple franco-allemand?

Jean-Louis THIÉRIOT. – Le couple franco-allemand était déjà malade. La décision d’Emmanuel Macron de torpiller la procédure du Spitzenkandidat avait abîmé les liens de confiance avec l’Allemagne qui fait du respect des règles, même non écrites, un élément de la crédibilité d’un partenaire. Et ses propos – fussent-ils justifiés – sur l’Otan en «état de mort cérébrale» aussi, lorsqu’on sait à quel point le parapluie américain est une constante de l’ADN allemand. Paradoxalement, la décision de la Cour constitutionnelle de Karlsruhe peut contribuer à rapprocher nos deux pays. Bon élève de la classe Europe avec un budget en excédent aux côtés des fourmis d’Europe du Nord, Angela Merkel s’est opposée à la mutualisation de la dette sous forme de «coronabonds» qu’elle voyait comme un encouragement à la prodigalité des cigales du Sud, dont la France. Le mécanisme de rachat de la dette par la BCE se rapproche, sans

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 79% à découvrir.

 

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

annulable à tout moment

Source: Le Figaro