Normale Sup https://normale-sup.fr Mon, 14 Oct 2019 06:00:00 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.2.4 Bird & Bird France : Associé au sein du département Restructuring & Insolvency https://normale-sup.fr/2019/10/14/bird-bird-france-associe-au-sein-du-departement-restructuring-insolvency/ Mon, 14 Oct 2019 06:00:00 +0000 https://normale-sup.fr/2019/10/14/bird-bird-france-associe-au-sein-du-departement-restructuring-insolvency/ Nomination, le 14 octobre 2019 – Romain de Ménonville est nommé associé au sein du département Restructuring & Insolvency de Bird & Bird France, à ce poste depuis septembre 2019. Il est sous la responsabilité directe de Nicolas Morelli, associé responsable de l’équipe Restructuring au sein du département Corporate. Il est ainsi chargé de conseiller la plupart des établissements financiers intervenants sur la place de Paris, ainsi que des fonds d’investissements et repreneurs d’entreprises en difficulté. Il est accompagné d’un collaborateur, Pierre-Jean Chenard.
Romain de Ménonville, LL.M international business law – University of Exeter (2008), CAPA – EFB (2008), master économie et management – ENS Cachan (2006), DJCE – Université de Rennes (2005), a réalisé le parcours suivant :
* 2016-2019 : Hogan Lovells, counsel business restructuring & insolvency.
* 2015-2016 : White & Case, avocat restructuring & insolvency.
* 2011-2015 : Natixis, legal counsel restructuring & litigation.
© Copyright Nomination 2019

]]>
Reed Smith Paris : Associé au sein du pôle Energie et Ressources naturelles https://normale-sup.fr/2019/10/07/reed-smith-paris-associe-au-sein-du-pole-energie-et-ressources-naturelles/ Mon, 07 Oct 2019 06:00:00 +0000 https://normale-sup.fr/2019/10/07/reed-smith-paris-associe-au-sein-du-pole-energie-et-ressources-naturelles/ Nomination, le 7 octobre 2019 – Clément Fouchard est nommé associé au sein du pôle Energie et Ressources naturelles de Reed Smith Paris, à ce poste depuis septembre 2019. Il dispose d’une expérience reconnue dans les secteurs Construction, Energie, Infrastructures-Projets, Exploitation minière et Défense. Ce pôle est dirigé par Peter Rosher.
Clément Fouchard, CAPA – EFB (2007), master II contentieux, arbitrage et modes alternatifs de résolution des conflits – Université Paris 2 Panthéon-Assas (2006), DEA droit privé – Université Paris 2 Panthéon-Assas (2005), agrégé d’économie et de gestion – ENS Cachan (2004), LL.M international dispute resolution – Queen Mary University of London (2004), a réalisé le parcours suivant :
* 2013-2019 : Linklaters LLP Paris, senior associate.
* 2012-2013 : Darrois Villey Maillot Brochier, senior associate.
* 2007-2012 : Clifford Chance France, avocat.
© Copyright Nomination 2019

]]>
Autorité de la concurrence : Adjoint au chef du service des concentrations https://normale-sup.fr/2019/09/30/autorite-de-la-concurrence-adjoint-au-chef-du-service-des-concentrations/ Mon, 30 Sep 2019 06:00:00 +0000 https://normale-sup.fr/2019/09/30/autorite-de-la-concurrence-adjoint-au-chef-du-service-des-concentrations/ Nomination, le 30 septembre 2019 – Sara Darley-Reygner est promue adjoint au chef du service des concentrations de l’Autorité de la concurrence, à ce poste depuis septembre 2019, en remplacement de Lauriane Lépine-Sarandi. Elle est sous la responsabilité directe d’Etienne Chantrel, rapporteur général adjoint, chef du service des concentrations. Elle assure ses fonctions aux cotés de Jérôme Vidal, également adjoint au chef de service des concentrations.
Sara Darley-Reygner, LLM d’études juridiques européennes – College of Europe (2010), agrégation d’économie et gestion – ENS Cachan (2009), a réalisé le parcours suivant :
* 2016-2019 : Autorité de la concurrence, rapporteur au service des concentrations.
* 2011-2015 : Autorité de la concurrence, rapporteur au sein de l’unité Concurrence 5.
© Copyright Nomination 2019

]]>
Aurélie Jean: An amazing mathematician, scientist and entrepreneur https://normale-sup.fr/2019/08/19/aurelie-jean-an-amazing-mathematician-scientist-and-entrepreneur/ Mon, 19 Aug 2019 20:16:52 +0000 https://normale-sup.fr/?p=1932

A scientist, mathematician, and entrepreneur, Aurélie Jean set off on a mission to demystify algorithms, coding and science!

This founder of In Silico Veritas, an analytics and computational consulting agency, is a role model to all girls. Through her hard work and dedication Aurélie exemplies the fact that a person can do anything and choose any career!

Passionate, bold and committed, she has served as the patron of the first class of the Microsoft School of Artificial Intelligence. Nowadays, she navigates between her ventures, teaching, research and writing!  

We sat down with Aurélie to ask her more questions about her life and here work.

What is it like to be a mathematician and a computer scientist? (Actually, what name(s) would you choose to describe what you do?)

I was trained to be a numerician. Practically speaking I develop mathematical models and algorithms that I implement in computer programs to digitally simulate phenomena of reality, in order to make predictions, answer questions and understand mechanisms. To do this, I use applied mathematics, computer science and knowledge related to the disciplines for which I develop these models.

Wow! That’s amazing! How did you get involved in this work?

After my internship during my first year of my Master’s degree at the University of Colorado, Boulder, USA, I realized that I wanted to do work in the digital mechanics of materials. I choose this specialty in the last year of my Master’s at the ENS in France and then did my doctorate on this subject at the Mines ParisTech. The main idea is to develop these digital models in the mechanics of materials, to understand how materials deform, break or even regenerate. I love this approach because it allows me to understand through digital simulation what we can’t understand in the real world. For example, in my dissertation, I was able to accurately observe the elastic deformation of an elastomer on a nanoscopic scale through numerical simulations, which is still impossible with current microscopes.

Wow, that sounds like you’re speaking in Greek to me. Did you have role models (female or not!) when you were a child?

I have had many male role models who have been my best support in my career. I am thinking of Ryan Flannery and Arvind Seth in Bloomberg, John Joannopoulos and Markus Buehler at MIT, or George Engelmayer at Pennsylvania State University. I had some female role models, such as my physics professor Lucille Julien at Sorbonne University who made me want to get a doctorate. I owe her a lot! I also think of Professors Tara Swart and Simona Socrate at MIT who inspired me enormously!

What were your favorite games and activities when you were a child?

As a child, I used to play a lot with dolls, Legos and cars. I dressed up as Zorro as much as I dressed up as a princess, and my grandparents bought me a motorbike and a pedal tractor! I was raised by my grandparents without any gender bias or stereotypes, and I thank them for that! My grandfather kept telling me that I shouldn’t think about my gender or social class to choose what I wanted to do… it’s because of him that I am where I am today, and I keep moving forward remembering his words.

Did you ever feel that being a girl/woman was a barrier or was simply perceived as atypical? And if so, what kept you going at that time?

When I was younger, not really because I was raised in an extremely open-minded environment. That being said, I saw the differences between women and men became more apparent during my higher education. There, I was in the minority, and I sometimes had the impression that I was not in my place. Above all, I realized that the upbringing I had received was far from being the upbringing my friends had received. I was very lucky, and I realize it every day. From a professional point of view, I have mainly worked in the US, and I admit that I have always felt respected and protected there, perhaps more than in France, where sexist remarks are often considered with a form of humor that kind of legitimate them for a lot of people. I’m quite intolerant about this sort of behavior; one can laugh at anything but not in the workplace.

What does a typical day in your life look like?

I don’t have a typical day! I organize my day according to the moments in between consulting, teaching, research and my editorial contributions.

What do you like most and least about your work?

What I like most is discovering new things, working with the people I love and improving and understanding the world better! What do I like the least? All of the administrative tasks! I am lucky to have a great help with Jenny Chamberlin who is my right-hand on these tasks I am running from!

What advice would you give to children who are afraid of failure?

In order to overcome your fear of failure, you always need to learn lessons from them.When we understand that failure allows us to learn faster and progress more easily by increasing our level of experience, then we let go of our fear! Every time I’ve failed at something, I always spent time thinking about what I had learned, which helped me a lot afterwards.

How do you maintain your strength and positivity in the face all these challenges? Do you have a habit, a ritual?

I’m of American culture, and it helps! My grandparents always taught me to see the glass half full. « Tomorrow is another day » my grandfather used to tell me. Also, I learned a lot about relativizing my situation, which helped me to take more risks in my life and career. Like everyone else, I’ve had difficult times, moments of doubt and hard ends of months, but I’ve always thought there were worse elsewhere. I’m a big grouchy woman, but I always propose a solution after my little argument (laughs…). In my opinion, we have the right to complain, but in the end we need to come up with a solution, even the simplest or the least realistic, because at least we are making progress on the problem. I am a great optimist and my almost 10 years spent in the USA reinforced this state of mind in me.

In your opinion, what could be done, or created, so that girls can be inspired and grow up thinking they can do anything?

I believe very much in talking to parents. In my case, I realize the strong impact my home life had on my vision of the world and my thoughts on the possibilities of what I could do in the future. My friends, who weren’t so lucky, have often seen a limited realm of possible careers and work. We need to talk to parents and show them examples of women scientists, so that they can inspire and encourage their own children!

What advice do you have for girls who have to overcome extreme obstacles and who simply believe they can’t?

Surround yourselves with caring people (men or women) who will help you navigate difficult situations, reflect on possible decisions, and move forward more easily. These people will give you courage too! They could be a family member or a teacher. Later on, these people can also be friends. You need this support and guidance to overcome any obstacle.

Source: Pourquoi Princesse

]]>
Envie : Président https://normale-sup.fr/2019/08/19/envie-president/ Mon, 19 Aug 2019 06:00:00 +0000 https://normale-sup.fr/2019/08/19/envie-president/ Nomination, le 19 août 2019 – Jean-Paul Raillard est élu président d’Envie, à ce poste depuis juin 2019, en remplacement d’Anémone Berès. Il avait intégré le réseau fin 2015 en tant que président d’Envie 44.
Jean-Paul Raillard, 68 ans, agrégation en techniques économiques de gestion – ENS Cachan (1977), DES de sciences économiques – Université de Rennes (1973), licence de sciences économiques – Université de Nantes (1972), a réalisé le parcours suivant :
* 2014-2017 : Syndex, senior consultant.
* 2011-2014 : Syndex, directeur général.
* 2008-2011 : Syndex, directeur.
* 2001-2008 : Syndex, responsable des bureaux Pays de la Loire – Poitou-Charentes.
© Copyright Nomination 2019

]]>
Université Paris-Saclay : Président https://normale-sup.fr/2019/07/01/universite-paris-saclay-president/ Mon, 01 Jul 2019 06:00:00 +0000 https://normale-sup.fr/2019/07/01/universite-paris-saclay-president/ Nomination, le 1 juillet 2019 – Sylvie Retailleau est promue président de l’Université Paris-Saclay, à ce poste depuis janvier 2019, en remplacement de Gilles Bloch. Elle est ainsi en charge du projet de construction du nouvel établissement qui doit être créé au 1er janvier 2020.
Sylvie Retailleau, 54 ans, doctorat microélectronique
– Université Paris-Sud (1992), agrégation sciences physiques
– ENS Cachan (1988), a réalisé le parcours suivant :
* 2016-2018 : Université Paris-Sud XI, président.
© Copyright Nomination 2019

]]>
Club Consulting 17/4 CR https://normale-sup.fr/2019/04/22/club-consulting-17-4-cr/ Mon, 22 Apr 2019 21:41:55 +0000 https://normale-sup.fr/?p=1066 Merci aux soixante alumni présents de notre première soirée du Club Consulting, le jeudi 17 avril. Bienvenue aux soixante-dix alumni intéressés qui n’ont pas pu être présents. Nous espérons vous croiser lors de nos prochains événements.

Nous remercions les sept tables pour leurs propositions concernant le parcours de l’enseignant-chercheur et concernant ses projets.

A bientôt pour la suite de nos aventures.

]]>
Blockchain: État de l’art et nouveaux horizons https://normale-sup.fr/2019/02/28/blockchain-etat-de-lart-et-nouveaux-horizons/ Thu, 28 Feb 2019 12:46:03 +0000 https://normale-sup.fr/?p=625 5 séances à l’École normale supérieure, dont 4 en soirée (19h-22h) et une cinquième de 15h à 22h

Dix ans après la publication scientifique fondatrice de Satoshi Nakamoto1 et le lancement du Bitcoin, quelles perspectives se dessinent pour la technologie sous-jacente – qui a pris le nom de blockchain – présentée par certains comme une invention capable de révolutionner les transactions et les interactions entre acteurs économiques et sociaux, regardée par d’autres avec un scepticisme persistant ?

Si on évoque depuis peu un « hiver des crypto-actifs », le nombre rapidement croissant d’expérimentations et de déploiements opérationnels dans des domaines autres que les crypto-monnaies indique qu’il est au moins opportun d’explorer les évolutions actuelles de ce continent demeuré quelque peu mystérieux de l’univers numérique.

Les initiatives récentes mobilisant la blockchain n’émanent pas seulement de start- ups, elles prennent déjà la forme de systèmes de collaboration entre grands acteurs d’une même filière. Elles naissent aussi entre concurrents que le mode de contrôle distribué propre à cette technologie convainc de surmonter leurs réticences à coopérer.

Resteront-elles cantonnées à quelques projets spécifiques ? Préfigurent-elles plutôt des déploiements véritablement industriels dans des domaines aussi divers que la logistique, la mobilité, la santé, l’aéronautique, les services financiers, l’alimentation? Donneront-elles naissance à des modèles d’affaires radicalement nouveaux ? Avec quelles conséquences pour les entreprises, leur positionnement dans la chaîne de valeur, leur organisation du travail ?

Plutôt que des réponses définitives à ces questions, le séminaire présentera l’état actuel des recherches scientifiques et des développements technologiques dans le domaine, en des termes intelligibles pour les profanes. Il traitera aussi des principaux enjeux économiques, juridiques et de régulation des blockchains publiques et privées, de façon volontairement très concrète, au travers d’un large ensemble de cas d’usage réels et de témoignages.

Composée de cinq séances de travail (quatre en soirée, une en après-midi et soirée) qui auront lieu à l’ENS, rue d’Ulm ou rue Mazarine, à Paris, cette formation de haut niveau s’adresse à une quinzaine de cadres dirigeants d’entreprise et de décideurs de l’administration.

Les participants auront l’opportunité de travailler avec un plateau exceptionnel de chercheurs et de praticiens, de prendre du recul sur leurs propres enjeux et d’échanger de façon confiante et approfondie entre pairs.

La participation à l’ensemble du cycle, composé de 5 séances est de 5 000€ HT par personne. Elle comprend les frais d’inscription, de restauration et de documentation. Le nombre de participants est limité à 18.

Inscription: Institut ENS

]]>
La santé à l’âge numérique https://normale-sup.fr/2019/02/26/la-sante-a-lage-numerique/ Tue, 26 Feb 2019 17:21:41 +0000 https://normale-sup.fr/?p=578 18 avril – 10 juillet 2019 : 9 séances à l’École normale supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 paris (19h-22h)

Alors que les machines deviennent apprenantes, l’ingénierie médicale ajoute désormais des capacités de machines de plus en plus puissantes à du vivant, en y associant, voire en y implantant, des dispositifs « intelligents » de diagnostic, de contrôle ou de traitement des maladies.

Le grand retour de l’intelligence artificielle va-t-il faire basculer la santé dans un nouvel âge, avec des conséquences pour l’homme que certains n’hésitent pas à présenter comme incalculables ?

Va-t-on vers une médecine prédictive et entièrement personnalisée, qui promet une meilleure efficacité des soins, et remettra peut-être en cause les modèles classiques de mutualisation des risques ? Vers un allongement de la vie humaine, susceptible d’ébranler l’édifice de la protection sociale ou des structures de la vie en société aussi centrales que l’héritage ?

Franchira-t-on la frontière qui sépare la réparation du corps malade de l’augmentation du corps sain ? Avec quelles conséquences sociétales, éthiques, économiques ?

Loin des prophéties chimériques de quelques-uns, mais sans méconnaître les mutations radicales en germe dans certaines initiatives, ce séminaire s’attachera à repérer, dans le foisonnement actuel de projets et de partenariats entre acteurs de tous horizons, quelques-unes des avancées scientifiques porteuses d’applications concrètes à un horizon raisonnable.

Il abordera, plus généralement, les questions posées par l’importation massive du numérique dans le vivant et la santé, et les effets induits par ces évolutions pour les entreprises et leur personnel.

L’émergence dans le grand public de pratiques inédites (quantified self, autodiagnostic, séquencement banalisé du génome…) est elle-même un signe avant-coureur des mutations à venir. Ces pratiques s’accompagnent en outre d’une production massive de données dont les conditions d’utilisation deviennent un enjeu majeur de société.

Qu’elles soient en première ligne – assureurs, banques, laboratoires pharmaceutiques, hôpitaux, industries alimentaires, cosmétiques, grande distribution… – ou que l’importance de leurs effectifs suffise à les y exposer, les grandes organisations seront affectées de multiples façons par une modification aussi critique que celle du rapport de chacun avec son propre corps.

Le plateau de ce séminaire de haut niveau réunira des chercheurs et des praticiens de premier plan, venant de disciplines allant de l’informatique à biologie et à la génomique, en passant par la médecine, la sociologie et le droit.

Le séminaire s’adresse à une quinzaine de cadres dirigeants qui veulent comprendre ce qui est en en train de se jouer dans la santé, réfléchir aux implications pour leurs entreprises et partager expérience et pistes d’action entre pairs.

Institut ENS: La Santé à l’âge du Numérique

]]>
Comment les profs dégringolent l’échelle sociale https://normale-sup.fr/2019/01/17/comment-les-profs-degringolent-lechelle-sociale/ Thu, 17 Jan 2019 17:26:38 +0000 https://normale-sup.fr/?p=348 Une sévère et douloureuse désillusion. C’est le mal dont est atteint une grande partie des 880.000 enseignants français. Ils ont fait de longues études, travaillent plus de 40 heures par semaine en moyenne, exercent leurs fonctions dans des conditions dégradées et voient depuis plusieurs années leur pouvoir d’achat fondre.

Stylos Rouges

Emmanuel Macron et le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer assistent à la rentrée des classes des élèves de 6e dans un collège de Laval, le 3 septembre 2018. POOL/AFP – LUDOVIC MARIN

En choisissant de devenir profs, ils ont toujours su qu’ils ne gagneraient pas des mille et des cents. Mais ils pensaient avoir gagné l’assurance de finir les mois sans angoisse. Depuis bien des années déjà, beaucoup d’enseignants ont pourtant l’impression d’avoir sombré dans la catégorie « survie », celle de l’euro près et de l’imprévu qui vient casser des mois de gestion rigoureuse.

Les difficultés de recrutement le montrent: fini le temps où les étudiants envisageaient le professorat comme une sinécure, considérant que les vacances et l’emploi à vie compensaient finalement une gratification modeste. Les professeurs subissent de plein fouet la stagnation de leurs salaires et les prix galopants de l’immobilier dans les métropoles. Certes, leur salaire moyen (2.380 euros nets en 2016) est légèrement au-dessus du revenu moyen français (2.250 nets en 2015), mais leur niveau de vie doit aussi être analysé au regard de leur niveau d’étude élevé (bac + 5, fonctionnaire catégorie A) et des conditions de travail qui se dégradent d’année en année. D’autant que les chiffres cachent de nombreuses disparités. Car entre le professeur des écoles avec 10 ans d’expérience (1.894 euros nets) et l’agrégé tout juste passé « hors classe » (3.514 brut), il existe un gouffre.

« Même mon grand frère gagne plus que toi »

« Je ne m’en sors pas », raconte Vanessa, mère divorcée de 43 ans, qui exerce dans un collège près de Lille. Ancienne chef de produit en commerce internationale, elle a passé le CAPES de lettres modernes il y a deux ans pour pouvoir consacrer plus de temps à sa fille de 9 ans. « Dans mon entourage, on m’a dit ‘allez, fais prof, c’est la stabilité et la sécurité’. Sauf que c’était les conseils de proches de 70 ans, qui ont connu l’âge d’or du professorat », regrette-t-elle. Avec ses 1.650 euros nets, cette fraîche reconvertie déplore un découvert de 300 euros tous les mois. Elle énumère ses dépenses contraintes avec découragement: un prêt immobilier de 650 euros, 180 euros d’eau et d’électricité, 150 euros de cantine et de garderie, à quoi s’ajoutent différents abonnements et assurances… L’essence de sa voiture représente également un poste de dépense important, car comme bon nombre de jeunes professeurs elle est « titulaire sur zone de remplacement » (TZR). Elle sillonne les académies pour effectuer de plus ou moins longs remplacements, là où son rectorat l’envoie. 

« Les conditions de travail sont mauvaises et ça n’échappe pas aux élèves. Inconsciemment, ils ont compris qu’on appartenait à une profession reléguée et notre autorité s’en ressent. Des réflexions méprisantes comme ‘même mon grand frère, gagne plus que toi’, ce sont des choses qu’on entend régulièrement », explique-t-elle. Ces conditions de rémunération ont d’ailleurs un impact direct sur la performance du système scolaire français: une étude de l’OCDE a démontré que le niveau des élèves est directement corrélé au niveau de salaire des enseignants. Or le salaire des profs français reste bien en dessous de la moyenne des pays de l’OCDE, avec un écart marqué pour les débuts de carrière.

« Les seuls qui s’en sortent, c’est les conjoints de cadre »

Le contexte social a renforcé l’amertume des profs. Prime pour les policiers, pour les personnels d’Ehpad, pour les agents du fisc, augmentation du smic… Les professeurs, dont le point d’indice est gelé depuis 2010 (brièvement revalorisé entre 2016 et 2017), se sentent lésés et se regroupent sous la bannière des « Stylos rouges« , un groupe asyndical et apolitique créé pour faire entendre leur exaspération. « Je sais très bien qu’on a un problème de pouvoir d’achat des professeurs, depuis le début des années 90, a rapidement réagi Jean-Michel Blanquer, sentant le mécontentement monter. Mais augmenter le point d’indice n’est pas l’alpha et l’omega de ce qu’il y a dire », a-t-il tranché, rappelant plutôt les mesures prises depuis son arrivée, telles que la reprise du Protocole sur les carrières et les rémunérations et l’accélération de l’avancement, soit 1,75 milliard d’euros en plus sur le quinquennat pour mieux rémunérer les professeurs, selon le ministère. « Nous sommes obligés de faire la différenciation: il serait absurde de saupoudrer sans prendre compte l’engagement qualitatif du système », a-t-il expliqué, prenant en exemple la prime créée pour les professeurs d’éducation prioritaire.

Martin fait partie de ceux qui bénéficient de cette nouvelle prime, réservée aux enseignants des zones sensibles. Il exerce en maternelle depuis 14 ans dans les Hauts-de-Seine. Grâce à un bonus de 190 euros mensuel REP +, il touche 2.350 euros par mois net. Malgré cette somme, il est obligé de prendre un petit job, 7 heures d’étude surveillée par mois pour augmenter ses revenus de 200 euros. Sa vie en région parisienne lui coûte cher. Son loyer, pourtant social, de 750 euros et sa pension alimentaire grèvent son pouvoir d’achat « Les seuls qui s’en sortent à Paris c’est ceux qui sont mariés à des cadres », grincent certains « Stylos rouges » sur le groupe Facebook qui leur sert de forum.

Agrégée, mais chassée par le prix des loyers

Violaine, prof de musique agrégée, fait partie des profs forcés de quitter la capitale. Les loyers d’un deux-pièces pour vivre avec sa fille y étaient trop élevés pour son salaire de 2.100 euros. « Après une agrégation, à 37 ans, je trouve ça lamentable de ne pas pouvoir choisir l’endroit où je voudrais vivre », souffle-t-telle. Mais il n’y a pas qu’à Paris que les profs galèrent. Valérie, prof à Nancy, donne, elle, 6 heures de cours particuliers par semaine, en plus de son travail soir et week-end pour préparer ses cours et corriger ses copies. Cette deuxième activité lui rapporte environ 500 euros par mois. « C’est grâce à ces 500 euros que je pars en vacances, peux aller au cinéma… Bref, avoir enfin une vie normale », raconte cette mère célibataire de deux enfants qui gagne 2.200 euros par mois.

Le ministre de l’Education nationale a annoncé la création d’un observatoire du pouvoir d’achat des professeurs, qui sera mis en place dans quelques semaines. Une mesure raillée par les « Stylos Rouges », qui déplorent que Jean-Michel Blanquer ait besoin d’un observatoire pour réaliser à quel point leur profession s’est paupérisée. En attendant, les conclusions de l’observatoire, et les éventuelles leçons que le ministère pourrait en tirer, le collectif s’organise. Les premiers rassemblements ont eu lieu cette semaine à Lorient et devant le lycée Henri IV à Paris. Mercredi dernier, à Lille, des professeurs ont manifesté devant le rectorat. Une mobilisation qui ne devrait que s’amplifier. Les « Stylos rouges » promettent des actions jusqu’à ce que, à l’image des Gilets jaunes, leur parole soit « enfin entendue » par le gouvernement.

Par Héloïse de Neuville

Source: Le Figaro

]]>