Institut ENS

L’Institut de l’École normale supérieure (I-ENS) est une association sans but lucratif dont la vocation est d’être une passerelle entre le monde de la recherche au plus haut niveau et celui des entreprises et de la haute fonction publique.

Les séminaires de l’Institut réunissent pour ce faire des cadres dirigeants et des chercheurs de haut niveau et de toutes disciplines autour de problématiques émergentes, sur fond de bouleversement des modèles d’affaires et de mutation accélérée de tout notre environnement.

L’I-ENS offre aussi aux décideurs des secteurs privé et public, ainsi qu’aux avocats et aux arbitres, l’opportunité d’accéder à un réservoir exceptionnel d’expertise : par exemple pour contribuer au dépassement d’une difficulté technique ou scientifique, ou pour évaluer le degré d’innovation d’une technologie, ou encore pour rechercher un expert ou un sachant dans le cadre d’une procédure contentieuse – et ce dans les domaines les plus divers.

L’Institut est un organisme de formation agréé.

Il compte parmi ses adhérents des entreprises aussi diverses que Lagardère, la Caisse des Dépôts, LVMH, Lazard Frères, EADS, Essilor, Areva, HSBC…

Il est présidé par Dominique D’Hinnin et dirigé par Pierre Cohen-Tanugi.

Si votre entreprise souhaite adhérer à l’Institut, écrivez-nous.


L’Institut est animé par des normaliens qui ont fait carrière dans les entreprises tout en gardant un lien avec leur école et le monde de la recherche.

Le lien permanent avec l’ENS de la rue d’Ulm est assuré par la présence au sein de son conseil d’administration du Directeur de l’École, et généralement des deux directeurs-adjoints représentant respectivement les disciplines scientifiques et littéraires.

Site Web : Institut ENS

JE SENS Conseil

Entreprise Etudiante de l’ENS Paris-Saclay

SENS Paris-Saclay Conseil est une entreprise étudiante gérée par les étudiants de l’École Normale Supérieure Paris-Saclay. Cela signifie que la gestion de l’entreprise et la réalisation ds missions est confiée à des étudiants.

SENS Paris-Saclay Conseil permet donc d’appliquer le haut niveau de compétences théoriques des étudiants de l’ENS à des contraintes industrielles, managériales ou entrepreneuriales.

Un gage de qualité

L’École Normale Supérieure Paris-Saclay est une école d’excellence qui offre une formation théorique poussée. La proximité de l’école avec de nombreux laboratoires de recherche garantit les qualités techniques et théoriques de nos intervenants.

Une dizaine de départements d’étude forment l’ensemble pédagogique de l’École Normale Supérieure Paris-Saclay.  Cette pluridisciplinarité est un atout pour l’école comme pour SENS Paris-Saclay Conseil.

Diversité et Excellence

De nombreux étudiants, recrutés sur concours et formés par l’Ecole, garantissent la diversité des compétences et des domaines d’expertise de SENS Paris-Saclay Conseil. La proximité avec le monde de la recherche leur permet d’appréhender chaque problématique sous un oeil innovant et critique.

Site: sens-conseil.fr

Carrières et débouchés

Profiles of the many members of the ENS group testify that there are many different careers possible after Ecole Normale Supérieure, in France and abroad, across both the public and private sectors.

ENS Alumni often remark in discussion that their « untypical » career paths would have been somewhat easier had they known, at the time, an ‘Ancien/ne’ successful on a similar track, in the same country or field of expertise to support them with inspiration or counsel.

This subgroup was created (March 2013) to federate the kind efforts of « Mentors » ready to discuss their diverse backgrounds and contribute practical advice. Localized testimonials and focused discussions are aimed at building new bridges and maybe creative solutions, as well as job opportunities perhaps; confidentiality and courtesy must be our rule in these subgroup discussions, though there is an intention to ruffle some notions of ‘classical’ vs ‘other’ personal itineraries…

Let us prove, for one thing, that we can make the most of LinkedIn, an indispensable platform in the ‘connected workplace’.

Groupe Linkedin: Carrières & débouchés après une ENS

Via normale

Nous sommes des anciens des différentes ENS, venant de sciences comme de Lettres.

Avec un peu de recul, nous avons constaté que malgré la diversité de nos formations et de nos parcours, tous les normaliens ont un goût prononcé pour le savoir pur, une forte capacité à aborder la complexité, une imagination qui permet d’aborder des problèmes sous de nouveaux angles, ainsi que d’autres remarquables traits de caractères comme la curiosité intellectuelle, la culture générale, l’esprit de synthèse ou la capacité de travail. Ces qualités sont en fait le fruit de la selection de nos écoles et de nos formations. Elles forment des atouts et une chance rare pour nos membres, nos écoles elles-mêmes, notre pays.

La plupart des plus jeunes d’entre nous font le choix d’une carrière au CNRS ou a l’Education Nationale à la sortie de leurs études. Si ces voies sont et doivent demeurer les débouchés principaux des ENS, d’autres possibilités permettent aussi de s’épanouir, de développer ses talents, d’apporter de la valeur à la société dans laquelle nous vivons. Nous avons nous-mêmes choisi des parcours tels que la haute administration, le journalisme, la production cinématographique, littéraire ou artistique, la musique, le conseil, la diplomatie et bien d’autres métiers. Notre groupe a pour vocation de promouvoir ces autres parcours, par le dialogue et le partage de nos expériences.

Groupe Linkedin: Via Normale

Gontran de Quillacq, Managing Partner, Navesink International
gdequillacq [AT] NavesinkInternational [DOT] com

Valerie Fert, CEO Mileva, système d’intelligence artificielle prédictif avancé
valerie.fert [AT] mileva-ai [DOT] ch

Normaliens dans la finance

Une association informelle de Normaliens dans la finance s’est créée il y a un peu plus d’un an. Les personnes qui s’en occupent sont Yacine Dolivet et Manuel Aranzana. Ce sous-groupe est dédié à cette association. Feel free to join it!

Groupe Linkedin: Normaliens dans la finance

ENS Business-Angels

ENS Business-Angels met en relation :

  • Des Elèves et des Anciens Elèves des différentes ENS souhaitant partager leur expérience d’entrepreneur ou mieux connaître les liens qui existent entre l’innovation et l’entreprenariat
  • Des Entrepreneurs, quelles que soient leur formation et/ou leur origine, actifs dans tout secteur et dans toute région, créateurs ou développeurs de projets en émergence, innovants et à potentiel de développement commercial, technique ou industriel.
  • Des Investisseurs privés personnes physiques membres pour certaines du réseau BADGE (les Business Angels des Grandes Ecoles : diplômés d’une des Grandes Ecoles Scientifiques ou Techniques comme Polytechnique, les Mines, les Ponts, etc.)

Une initiative des anciens élèves des ENS:

ENS Business-Angels est né d’une volonté de regrouper sur un même forum les forces des anciens élèves des ENS impliqués dans l’innovation et l’entreprenariat – devenir sympathisant.

Cette initiative a reçu le soutien des Associations d’anciens des trois ENS :

  • L’Association des anciens élèves, élèves  et amis de l’Ecole Normale Supérieure l’A-Ulm
  • L’Association des anciens des ENS de Lyon, Fontenay-Aux-Roses et Saint-Cloud  – AEENS
  • L’Association des anciens élèves et des élèves de l’ENS de Cachan et de l’ENSET – AAEE

ENS-Business Angels bénéficie du parrainage du réseau BADGE (les Business Angels des Grandes Ecoles).

Site web: ENS Business Angels

Groupe Linkedin: ENS Business Angels

Prix de la startup normalienne

Le Club des Normaliens dans l’entreprise est une association d’élèves et d’anciens élèves de l’ENS-ULM qui travaillent dans le secteur privé. A ce titre, l’association soutient les projets de créations d’entreprise des Normaliens.

Depuis 2015, les premiers « Prix de la startup normalienne », organisés par le Club des Normaliens dans l’Entreprise, mettent à l’honneur huit startup présélectionnées par un jury d’experts.

« Les Normaliens sont encore peu nombreux à créer leurs propres entreprises. Pourtant, notre formation en recherche est propice à l’innovation ! » déclare le directeur, qui invite tous les étudiants qui hésiteraient à se lancer dans l’entrepreneuriat à oser « vivre leurs rêves ».

ENentrepriSe

Tandis que les Ulmiens ont « Normaliens en Entreprise« , voici un petit groupe de discussion ouvert aux normaliens et auditeurs passés par Gerland, Fontenay et St-Cloud et travaillant dans le secteur privé. En attendant, peut être, un pot de réseautage ou tout autre initiative. N’hésitez pas à inviter vos amis!

Groupe Linkedin: ENentrepriSe

Club des normaliens en entreprise

Le Club des Normaliens dans l’Entreprise existe depuis 1983. Il est un lieu d’échanges pour l’ensemble des Normaliens des Ecoles Normales Supérieures Ulm et Sèvres qui exercent dans une entreprise publique ou privée. Il leur permet de se retrouver et d’animer un réseau solidaire grâce à un annuaire et à l’organisation d’évènements conviviaux autour de sujets liés à la vie de l’entreprise.

Le Club des Normaliens dans l’Entreprise a également pour mission d’informer les élèves de l’ENS, en accord avec la Direction de L’École, sur les carrières en entreprise en les mettant en contact avec des Archicubes dans tel ou tel secteur d’activité. Dans ce cadre, le Club des Normaliens dans l’Entreprise travaille étroitement avec le service Carrières de l’AAEENS.

Enfin, plus généralement, le Club des Normaliens dans l’Entreprise contribue à renforcer les liens entre l’Ecole Normale Supérieure et l’entreprise. Il collabore ainsi avec la Direction de l’ENS, l’Institut d’Expertise et de Prospective de l’ENS et la Fondation de l’ENS.

Site Web : Club des Normaliens dans l’Entreprise

Que deviennent les diplômés de l’Ecole normale supérieure ?

La grande école a analysé, pour la première fois, le devenir de ses anciens élèves. Et note des départs plus nombreux que par le passé vers le privé.

L’ENS, à Paris.

C’est la première fois que l’Ecole normale supérieure (ENS) de la rue d’Ulm, à Paris, effectue une enquête sur l’insertion de ses diplômés, avec dix années de recul : elle a en effet étudié le devenir des élèves sortis de l’école en 2003, dix ans après.

Ces chiffres, que Le Monde a pu consulter, confirment la vocation de recherche et d’enseignement de cette grande école, tant dans les domaines littéraires que scientifiques. A l’issue de leur scolarité à l’ENS (avec un master, bac +5), 74 % des étudiants se sont ainsi dirigés vers une thèse, et 6 % sont devenus professeurs en classe préparatoire. 11 % sont devenus hauts fonctionnaires, tandis que 9 % se sont tournés vers des postes en entreprise.

Si ces diplômés sont peu nombreux à travailler dans le privé, c’est en raison de « l’engagement décennal » : les admis sur concours à l’ENS, à l’issue d’une classe préparatoire, ont un statut d’élève fonctionnaire stagiaire, qui leur vaut d’être immédiatement rémunérés, et de devoir dix ans à l’Etat, incluant leurs années d’études, à l’ENS et après. Ceux qui font le choix de travailler dans le secteur privé avant l’échéance, « doivent rembourser les salaires perçus au prorata des années restant à accomplir », souligne Christian Lorenzi, directeur des études Sciences à l’ENS. Ceux qui rejoignent le privé sitôt diplômés doivent rembourser 36 000 euros. Le montant est de 16 000 euros en cas de rupture après une thèse en trois ans.

Dix ans après leur sortie de l’école, en 2013, 66 % étaient dans l’enseignement supérieur ou la recherche et 10 % étaient professeurs en classe préparatoire. Ils n’étaient plus que 4 % à occuper un poste de haut fonctionnaire, mais désormais 20 % dans le privé (dont 5 % dans l’édition, la presse…), n’étant plus engagés vis-à-vis de l’Etat.

S’il ne dispose pas de données précises pour les diplômés les plus récentsChristian Lorenzi constate que « l’insertion professionnelle est en train d’évoluer. Alors qu’auparavant, la quasi-totalité des normaliens et normaliennes se destinaient à la fonction publique (administration, enseignement et recherche), ils semblent maintenant plus nombreux à obtenir une expérience professionnelle dans le secteur industriel, au sein d’une start-up ou dans un groupe privé », explique-t-il. Il cite notamment l’exemple du département des géosciences, dont 30 % des récents diplômés feraient le choix du privé.

Dix ans après, 15 % des diplômés travaillaient dans le privé

En ce qui concerne le salaire, il varie fortement selon que l’on se trouve dans la fonction publique, voie académique (emplois à l’université ou dans le secondaire), voie non académique (hauts fonctionnaires) ou dans le privé, comme le montre le tableau ci-dessous. Par exemple, en début de carrière, un maître de conférences touchera au moins 24 000 euros bruts par an, un haut fonctionnaire à l’Insee atteindra 58 000 euros, tandis qu’un normalien employé dans le secteur privé touchera 37 000 euros. A titre de comparaison, selon l’enquête d’insertion des grandes écoles, le salaire annuel brut moyen des diplômés en 2015 était de 33 000 euros

Les données recueillies ont aussi permis de connaître la durée de recherche pour trouver un emploi en entreprise. « Il faut trois à six mois pour les normaliens sortant de sciences et un peu plus pour ceux venant de lettres », précise Christian Lorenzi. Concernant la région géographique des étudiants diplômés entre 2009 et 2013, 60 % d’entre eux travaillent actuellement en Ile-de-France, 30 % en province et 10 % à l’étranger.

L’ENS ne compte pas en rester à cette enquête. Elle est en train de se doter d’un observatoire de l’insertion professionnelle, comme les grandes écoles et universités.

Fonction publique : voie académiqueMoyenne salaire annuel brut
début de carrière
Professeur CPGE (classe préparatoire)31k€ / an
Professeur dans le secondaire31k€ / an
Maître de conférences (début-fin de grille)24k€ / an – 53k€ / an
Professeur d’université36k€ / an
Chargé de recherche (début-fin de grille)CR 1 : 28k€ – 47k€ / an
CR 2 : 28k€ – 31k€ / an
Directeur de recherche36k€ / an
Post doctorat25k€ / an
Fonction publique : voie non académique
Corps – INSEE58k€ / an
Corps – Mines62k€ / an
Fonction hors publique : privé
Littéraires avec double cursus (HEC, Essec)36k€ / an
Sciences38k€ / an

Source : Le Monde – Campus